Rencontre avec Amina Sankharé ! Les Panthères se dévoilent !

C'est au tour d'Amina Sankharé de se présenter, via une interview réalisée par "Pour Info à Orléans" :

"Nous n’avions pas encore eu l’occasion de faire les présentations avec les nouvelles Panthères du Fleury Loiret Handball ! Il est désormais temps de se rattraper. Après Manon Le Bihan et Laurine Daquin, c’est la demi-centre de 27 ans Amina Sankharé qui passe à la moulinette des questions / réponses."

INTERVIEW PRÉSENTATION

Tout d’abord première question, peux-tu nous en dire un peu plus sur toi : tes débuts au handball, ton parcours avant d’atterrir au Fleury Loiret Handball ?

J’ai commencé le handball à l’âge de 13 ans. J’étais une jeune fille très active. Je pratiquais pas mal de sports avant ça sans jamais m’inscrire en club (roller, badminton, ping-pong, foot, tennis…). J’ai choisi le handball surtout pour les copines, elles étaient toutes inscrites, s’amusaient bien et m’ont finalement convaincue (même si ça ne m’emballait pas plus que ça au début…lol).

J’ai donc commencé le handball à Aubervilliers (plus haut niveau en D2), dans le 93, où je suis née et où j’ai grandi. J’y ai joué jusque l’âge de 19 ans. J’ai donc commencé en -14f en passant par -18 Championnat de France et catégorie sénior (N2,N1, et apparition en D2 lorsque j’étais en catégorie jeune). J’ai été sélectionnée en équipe de France Junior et j’ai pu jouer le championnat du Monde en Macédoine en 2008.

Je suis ensuite allée rejoindre Fred Bougeant au Havre 1 année (en centre de formation) où j’ai commencé à voir le hand différemment. C’est-à-dire que je me suis rendue compte que je pouvais vraiment en faire quelque chose de plus professionnel. J’étais principalement avec le groupe D1, mais doublais avec la N1 (où j’avais logiquement beaucoup plus de temps de jeu) lorsque cela était possible.

En manque de temps de jeu, j’ai mis le cap sur Abbeville (Florence Sauval). J’y ai évolué 2 saisons, en N1 pour commencer, puis en D2( la montée étant l’objectif). Temps de jeu retrouvé, confiance regagnée, toujours en progression mais blessure au genou qui m’aura freiné. Opération à la fin de la 2ème saison et cap une saison sur Saint Amand les Eaux (N1) pour rebondir.

Retour en région parisienne pour 3 saisons à Cergy Pontoise (D2) où je me suis vraiment fait plaisir malgré les difficultés financières du club arrivées lors de cette 3ème saison (club fermé).

Arrivée en région centre la saison dernière, mais à Chambray les tours. Objectif de montée en D1 atteint comme vous pouvez le constater, puis arrivée à Fleury cette saison car le projet me correspondait plus.

Après 1 saison chez le voisin Chambray, te voilà au Fleury Loiret Handball. Tu arrives dans un contexte assez particulier comment et quand se sont faits les contacts avec le club ? Quelles sont tes motivations dans cette décision ? Enfin quels souvenirs garderas-tu de cette expérience à Chambray ?

Les contacts se sont faits à la fin de la saison avec Christophe et Fred (que j’ai en sélection national du Sénégal). Puis c’est mon agent qui était en discussion avec Chambray pour trouver un accord et me libérer puisque j’étais encore en contrat pour 1 an. Les dirigeants se sont montrés compréhensifs et ont accepté cette libération. Fleury était depuis quelques années un des clubs phares en France. Certes, je savais que la quasi-totalité des joueuses pro s’en allait mais cela ne m’a pas fait peur. Au contraire, l’objectif était de reconstruire avec une jeune génération et donc un projet à long terme. Donc un rôle à jouer plus important pour moi que je n’aurais eu à Chambray. C’est ce défi là qui m’a attirée. Même si forcément, j’avais un peu d’appréhension au début car je ne connaissais pas les joueuses et encore moins leurs ambitions.

Je garde tout de même de très bons souvenirs de mon passage à Chambray. L’objectif de montée a été atteint, j’ai pu retrouver des filles avec qui j’avais joué dans d’anciens clubs, et j’ai pu créer des belles amitiés qui dureront dans le temps. Sans oublier tous les bénévoles qui sont juste super (je crois que c’est une caractéristique de la région centre ! lol).

Justement parlons de ce contexte particulier, une situation compliquée cet été pour le club qui a vu bon nombre de ses internationales partir et finalement c’est une équipe new look qui fait surface avec une moyenne d’âge très jeune et des joueuses pas forcément habituées à avoir autant de responsabilités. Est-ce quelque chose qui t’a fait peur ou justement te donne encore plus d’envie et de motivations ?

Ma réponse précédente y répond déjà quelque peu mais j’ajouterais, que oui forcément le fait que ces jeunes joueuses n’ont jamais eu autant de responsabilités que cette saison engendre forcément des erreurs mais surtout des apprentissages.

Quoi de mieux qu’être mis en selle pour apprendre à faire du vélo ? (rires)

Avec un peu de patience on y arrivera ! et puis ce sont des joueuses volontaires et travailleuses.

En ce qui me concerne, c’est un challenge en plus. J’apporte ce que je peux apporter tout en continuant d’essayer de m’améliorer.

Parlons de ce début de saison : des débuts prometteurs puis une fin de première partie plus compliquée. Comment tu l’expliques ? Quels sont les objectifs sur cette deuxième partie de saison ?

Des débuts euphoriques je dirais ! (rires)

Je pense que c’est notre insouciance, notre folie du début et l’adrénaline que cela nous procurait qui nous ont réussi. Je crois que personne ne s’attendait à ce qu’on puisse enchainer autant de victoires.

Une suite plus difficile car les équipes avaient plus d’outils pour travailler sur nous (nos faiblesses offensives et défensives). Ce qui marchait au début, ne marchait plus forcément. On est tombé dans le piège et le manque d’expérience ressortait : manque de lucidité, manque de continuité dans le jeu, incohérences offensives et défensives, énormément de pertes de balles etc. Des erreurs qui à ce niveau là, ne pardonnent pas !

Les objectifs sont de continuer à travailler et se battre pour accrocher les play off. Redorer l’image de fin de première partie qui n’a pas été satisfaisante. Regagner en confiance et travailler les relations dans le jeu car entre les arrivées et les blessures cela n’a pas été évident (même si ce n’est pas une excuse).

Enfin d’un point de vue personnel, quels sont tes objectifs sur cette saison 2016–2017 et à plus long terme avec Fleury ?

Mon objectif principal est le même que celui du club, à savoir les play off. Sinon, c’est de continuer à travailler : perfectionner mes qualités et travailler sur mes faiblesses. Je veux être au meilleur niveau possible.

Il y avait aussi en parallèle, la CAN avec le Sénégal en décembre dernier et la qualification pour les championnats du Monde 2017. Malheureusement, alors que nous devions jouer la finale face à l’Angola (ce qui nous qualifiait automatiquement pour les Championnats du Monde), nous avons été disqualifiées à quelques heures de la rencontre pour un soit disant problème administratif…

Sur le long terme, pourquoi pas finir ma carrière ici. Je m’y sens bien, le club veut rester au plus haut niveau possible, les gens du club (bénévoles et supporters compris) sont des personnes vraiment agréables et avenantes, la ville est sympa et je suis à côté de ma famille (Paris). Affaire à suivre...

[...]

La suite de l'interview d'Amina Sankharé est à découvrir sur le site de Pour Info A Orléans.

A lire et relire : les interviews de Manon Le Bihan et Laurine Daquin !

Ce site utilise des Cookies afin d'améliorer l'expérience utilisateur. En utilisant le site, vous acceptez l'utilisation des cookies.